Wecyclers crée de toutes pièces le secteur du recyclage au Nigeria

En Europe et aux États-Unis, le secteur du recyclage emploie des millions de personnes. Au Nigeria, l’entreprise Wecyclers, dont le siège se trouve à Lagos, n’emploie que 52 personnes mais pense que le secteur du recyclage au Nigeria pourrait créer 500 000 emplois s’il était pleinement développé. Wecyclers a décidé de lever des fonds (2 millions de dollars américains) pour financer les premiers pas sur cette voie. « Nous sommes en train de créer un nouveau secteur », a déclaré Bilikiss Adebiyi-Abiola, fondatrice et PDG de Wecyclers.

Wecyclers est une entreprise sociale basée à Lagos dont l’objectif est, selon Bilikiss Adebiyi-Abiola, « de s’attaquer au problème des déchets à Lagos ». La majorité du personnel de cette entreprise, en pleine expansion, circule à bord de tricycles pour ramasser les déchets de deux communautés de Lagos : Ebute-Metta et Itire, Surulere, avec des populations respectives de 700 000 et de 250 000 habitants. Ces tricycles très pratiques s'arrêtent à la porte des habitants pour récupérer leur plastique, leurs sacs et l’aluminium. Une fois ces déchets recyclables collectés, pesés et enregistrés dans l’un des points de collecte centraux de Wecyclers, les matériaux sont vendus aux entreprises industrielles de recyclage et transformés. En échange, les foyers reçoivent des SMS qui leur permettent de gagner des points. Chaque trimestre, ces points peuvent être échangés contre des appareils électroniques, de la nourriture et parfois de l’argent.

Satisfaction différée

L’entreprise propose un service indispensable dans une ville croulant sous les ordures. Selon Bilikiss Adebiyi-Abiola, ce problème est une question de mentalité. Elle explique que la plupart des habitants ne voient pas le lien entre les voies d’eau encombrées d’ordures après les averses et la prolifération du paludisme. Wecyclers défend des valeurs qui, espère-t-elle, contribueront à la résurgence d’une ville de Lagos plus propre. « En récompensant nos utilisateurs par des crédits, nous montrons que les déchets ont une valeur », explique-t-elle. « Utiliser ces crédits comme stimulant nous permet d’encourager la « satisfaction différée » : Wecyclers montre à ses utilisateurs que pour réaliser quoi que ce soit il faut savoir attendre. Nous travaillons auprès des populations les plus démunies de Lagos et, au sein de ces communautés, la vie est dictée par l’urgence ; les gens survivent. Cependant, lorsque vous allez à l’école vous devez attendre que votre professeur vous donne une note ; si vous vous lancez dans les affaires, vous vous rendez vite compte qu’il faut du temps pour que votre travail porte ses fruits ».

Bâtir un secteur

La capacité annuelle du Nigeria en termes de recyclage est estimée à moins de 20 000 tonnes. Étant donné que ce pays produit plusieurs dizaines de milliers de tonnes de plastique chaque année, la fondatrice et PDG de cette entreprise a encore du pain sur la planche. Bilikiss Adebiyi-Abiola, qui était en voyage aux États-Unis pour lever des fonds lorsqu’elle a répondu aux questions de Club Africa, affirme que « Wecyclers ne développe pas uniquement une entreprise mais est en train de bâtir un secteur tout entier ». « On ne peut pas dire que le gouvernement ne fait rien. Pour être honnête, il essaie de juguler ce problème à la racine, grâce à l’éducation. Il ne dispose cependant pas des capacités nécessaires pour lutter contre ce fléau sur tous les fronts. Les autorités sont conscientes de la nécessité d’un changement de comportement, ce que Wecyclers souhaite soutenir par des investissements. Nous avons besoin de 2 millions de dollars pour investir dans des machines qui nous permettront de créer de la valeur, d’attirer des personnes talentueuses et motivées par le changement et renforcer petit à petit nos capacités afin de mettre fin une fois pour toute au problème des déchets à Lagos ! ».

< Précédent Suivant >

Articles connexes